Dans tout parcours professionnel, avoir un bon réseau est gage d’opportunités sur le présent et l’avenir. Si le réseau ne fait pas tout, il contribue à faire bouillir la marmite de sa marque. Les réseaux sociaux, Linkedin en tête, ne suffiraient donc pas ? Non car, entrer dans un club d’entrepreneur.se.s donne de l’entregent comme Internet ne sait pas le faire. Optez donc pour une méthode à l’ancienne de networking qui fait toujours ses preuves !

Pourquoi rejoindre un réseau d’entrepreneurs ?

Pour être accompagné.e dans son projet

Adhérer à un club d’entrepreneur.se.s peut se faire à différents stades de son projet. Si celui-ci est déjà sur les rails, vous y trouverez des conseils et de nouvelles perspectives d’évolution. Si vous êtes une.e jeune pousse, vous y dénicherez tous les conseils nécessaires à la création de votre entreprise. Que ce soit autour de tables rondes, de conférences, ou lors d’un dîner, le club est un allié précieux pour avancer.

Pour trouver des mentors

Vous n’avez besoin de personne en Harley Davidson ? Détrompez-vous, même si vous pensez avoir la science infuse sur votre nouveau business, il vous faut l’étoile du berger. Un.e professionnel.le aguerri.e qui a connu toutes les embûches de l’entrepreneuriat en France vaut plus que d’avaler les livres de Steve Jobs et consorts. Un mentor restera en plus à votre écoute et vous aidera peut-être à trouver si vous le souhaitez, des investisseurs.

Pour briser la solitude disruptive

Même en connaissant le succès, les entrepreneur.se.s sont parfois bien seul.e.s au milieu des autres. Entrer dans un club permet de créer du lien et, notamment, de pouvoir partager ses difficultés auprès de personnes qui connaissent les mêmes affres. Il suffit parfois de discuter avec deux ou trois autres créateur.trice.s pour trouver une solution.

De même, l’adhésion à un réseau encourage et motive, donne de nouvelles idées (sans pour autant les piquer aux autres).

Quel réseau choisir ?

Les réseaux nationaux

Il existe de très nombreux clubs d’entrepreneurs. Pour trouver celui qui vous conviendra le mieux, tout dépend d’où vous en êtes dans votre projet. Tout comme de savoir qui vous êtes (sans en appeler à Freud pour autant).

Au niveau national, vous pouvez ainsi intégrer Le Club des Entrepreneurs, qui en compte déjà 18 000 dans ses rangs mais aussi France digitale, ou encore Startup leadership, pour être accompagné dans le lancement de votre activité .Il existe aussi des réseaux associatifs, comme Réseau Entreprendre ou Initiative France qui permet à tous les entrepreneur.se.s de promouvoir leur projet et de recevoir ainsi un prêt d’honneur.

Les réseaux locaux

Mais vous pouvez aussi adhérer à des réseaux locaux, principalement dans les grandes villes et les régions. Que ce soit à Reims, à Lyon, à Toulouse, toutes ces métropoles ont vu se développer plusieurs réseaux.

D’autant plus que les Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI) développent de leur côté des clubs. Le but étant à la fois d’aider les nouveaux.elles entrepreneur.se.s et surtout d’encourager des collaborations pour faire marcher l’économie locale.

Les réseaux de femmes entrepreneuses

Parce que, quand on est une femme, mieux vaut avoir des alliées, les réseaux de femmes sont une bonne idée pour être en terrain ami. Avec des préoccupations spécifiques, ou qui, justement, cherchent à sortir des clichés, ils permettent avant tout de se serrer les coudes.

Parmi les 500 réseaux féminins existant en France, vous pouvez notamment contacter Femmes Entrepreneurs, Girlz in Web, StartHer, Action’elles, Willa (ex Paris Pionnières) pour n’en citer que quelques unes. En région également, les clubs d’entrepreneuses ont pris une place importante dans le paysage, notamment de la Tech.

Networking, ateliers, aide à la création d’entreprise, ces clubs motivent et offrent de véritables opportunités. Et, cerise sur le gâteau, l’adhésion est le plus souvent gratuite.

Comment rejoindre un club d’entrepreneur.se.s ?

À moins de vouloir entrer dans un club huppé qui n’accepte des membres que par cooptation, il est tout à fait possible de demander à rejoindre un réseau.

Mais certains cercles, comme le Club des Entrepreneurs du Numérique, demandent des conditions spécifiques, tel qu’un chiffre d’affaires supérieur à 3 M€, entre autres critères. Les clubs qui aident à la création de son entreprise sont plus ouverts aux jeunes pousses.

Lancer sa boîte et la faire grandir, c’est aussi fréquenter des personnes qui vivent le même cheminement ou l’ont vécu. Plutôt que de rester dans sa coquille, même si elle est douillette, vous avez tout à gagner à faire partie du club !