La dernière des choses à faire est de confondre un(e) journaliste avec un(e) influenceur/se. Non seulement vous risqueriez de rater votre cible mais, en plus, vous laisseriez un mauvais souvenir. Ce serait fâcheux. Avec ces quelques informations de première main, vous ne pourrez plus dire que vous n’étiez pas prévenus !

À l’origine des influenceurs

Des blogs passe-temps aux blogs à plein temps

Pour comprendre de quoi on parle, revenons aux origines de l’influence. Au milieu des années 2000, les blogs ont commencé à pulluler comme des champignons en novembre (mode, voyage, cuisine, lifestyle). En quelques mois, des centaines d’anonymes ont commencé à parler de leurs coups de coeur, de leurs voyages, de leur quotidien. A cette époque, l’important était de partager sa créativité, ses inspirations, connaissances ou simplement son point de vue sur des sujets divers. Sans pour autant chercher à le monétiser ou à en faire un business florissant.  

L’importance bien réelle de ce monde virtuel

Puis, à mesure que le lectorat est devenu plus important, plus diversifié, les marques ont commencé à s’intéresser aux influenceurs, pour qui c’était un simple hobby. Billets sponsorisés – au départ beaucoup critiqués – et envois de produits ont alors débuté, amenant à une professionnalisation de ces acteurs.

Lorsque le règne de l’image, via YouTube et surtout Instagram, a commencé à prendre une place lucrative, les influenceurs ont alors changé de statut. Ils sont devenus au même titre que les journalistes de véritables canaux de communication pour les entreprises. On l’a tous un peu oublié, mais il fut une époque pas si lointaine où les journalistes – des magazines féminins par exemple – régnaient en maître sur l’univers de la mode, de la beauté. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, car dans certains secteurs, ils sont de plus en plus concurrencés par ces nouveaux venus aux milliers voire million d’abonnés, rémunérés parfois très cher par les marques.

Attention à la confusion

Être journaliste, un vrai métier

Les journalistes travaillent pour eux-mêmes ou pour une publication et ont une véritable formation éditoriale. Qu’ils aient fait les études appropriées ou non, ils font partie d’une profession qui a ses propres valeurs, ses propres codes.

Mais, contrairement aux influenceurs, ils se doivent d’être objectif et de ne pas tomber dans la promotion ou la publicité de marque. Leur rôle est d’informer le grand public en choisissant l’angle qui leur semble le plus adapté.

Être influenceur aussi !

Quand les règles étaient encore floues, il était de bon ton de critiquer les influenceurs. Comment ça, ces personnes qui se prennent en photo toute la journée travailleraient-elles vraiment ?

Et bien oui, car constituer une réelle communauté autour de soi nécessite du temps et de la réflexion, tout comme pour les marques. Les tâches sont multiples : définir une vraie ligne éditoriale, créer du contenu (photos, vidéos), mettre son blog à jour, parler d’une marque, répondre aux mails, être présent(e) sur tous les réseaux sociaux, répondre aux commentaires, participer à des événements, faire des shootings, se renouveler pour ne pas lasser sa communauté. Cela prend beaucoup de temps.

Si cette vie fait rêver pas mal de jeunes gens, l’envers du décor n’est pas toujours rose et le travail est bien réel. Qui dit travail, dit salaire. Car oui, contrairement aux journalistes, ces influenceurs se font rémunérer par les marques elle-même pour vanter les mérites de leur produits, de leurs événements. Ils sont leur vitrine, leurs ambassadeurs auprès du grand public.

Leur parler oui, mais différemment

L’intérêt personnel des influenceurs

Pourquoi faut-il leur parler différemment pour les faire parler de votre marque ? Tout simplement parce que les influenceurs entreront systématiquement dans le cadre. Vous leur proposez un partenariat où c’est souvent vous qui définissez les règles. Une rémunération ou le don d’un produit, en échange d’une visibilité bien encadrée sur leurs canaux. Evidemment, pour que ce soit crédible, les influenceurs doivent trouver un angle, avant de le partager auprès de leur communauté. Comme avec des journalistes, pour éviter les mauvaises surprises, il est important de cibler avec soin les influenceurs, pour être certain de les séduire et donc de toucher leur communauté. La qualité avant la quantité.

L’influenceur s’engage, le journaliste en parle

Les journalistes quant à eux parleront ou non de votre produit, de votre entreprise. S’ils le font, ce sera sous un angle que vous n’aurez pas choisi vous-même, et justifié par une tendance de fond, des chiffres ou une actualité. Votre communiqué de presse et votre dossier de presse seront vos meilleurs atouts pour apporter toutes les bonnes raisons objectives de parler de vous.

Attention, il est primordial de personnaliser votre approche. Que ce soit pour les médias traditionnels avec les journalistes ou les influenceurs et leur communauté grandissante.