La startup Tartempion a fait une levée de fonds de 10 milliards d’euros ! En voilà une annonce qui détonne et qui est susceptible d’exciter les médias . Et encore… Les informations sur les levées de fonds sont devenues tellement nombreuses, les montants tellement élevés, que les petits ne font plus recette à tous les coups dans les médias. C’est bien pour cette raison qu’aujourd’hui, annoncer une levée de fonds sans plus d’informations n’est pas forcément pertinent… Regardons pourquoi.

La levée de fonds, devenue monnaie courante

Le million, le million

Souvenez-vous, c’était hier, les startup pullulaient et, avec elles, les levées de fonds prouvant leur croissance et l’intérêt du marché pour leurs idées, leurs concepts. Celles qui atteignaient les 500 000 €, voire même un peu moins, faisaient la une des sites web spécialisés dans le numérique et l’économie. Parmi eux, French Web, Maddyness et Presse Citron pour les pure players, Les Échos, Challenges, et L’Usine Nouvelle pour la presse économique.

Tout passe, tout lasse

Aujourd’hui, les levées de fond sont tellement nombreuses, quasi quotidiennes, et les montants tellement élevés pour certaines entreprises (plusieurs dizaines de millions d’euros) que, pour espérer avoir un article sur une levée de fonds il faut allègrement dépasser le million d’euros, voire y ajouter un zéro. En effet, si de nombreuses startup parviennent à lever 200 ou 300 000 euros, ce chiffre est désormais bien trop faible pour intéresser à lui seul les journalistes.

La presse spécialisée, en ligne ou non, n’a donc plus tellement envie de parler des petites levées de fonds. Certains journaux comme Challenges n’hésitant pas non plus à titrer « Pourquoi la course aux levées de fonds devient un fléau« , expliquant que cette ambition devient à force plus importante que la stratégie d’entreprise.

Insuffler de l’intérêt à sa levée de fonds

Qu’on leur donne l’envie

Vous avez levé des fonds et ce serait dommage de le taire en raison de l’afflux d’informations du même type. Mais posez-vous tout de même la question : est-ce qu’il y a un objectif particulier à la communiquer ? Si c’est simplement pour faire comme tout le monde, passez votre tour. Si vous ne souhaitez pas communiquer le montant, faites de même. Sinon, il faut se démarquer.

Pour se démarquer, il est essentiel dans son communiqué de presse de donner une information pertinente en plus de l’opération financière. Celle-ci ne doit plus être le centre de l’information mais la preuve, le vecteur, du bien-fondé de votre start-up.

Valoriser sa levée de fonds

Outre le fait d’y indiquer en priorité le montant de votre levée de fonds, ce communiqué de presse doit aussi être une bonne manière d’informer sur la stratégie de croissance, de développement d’un nouveau service, de l’ouverture dans un nouveau pays et, bien sûr, des futurs projets de l’entreprise. Autrement dit, ce qui nécessite et “justifie” cet apport financier et la confiance des investisseurs. Il est important ici de faire attention à ne pas envoyer un signal de mauvaise santé financière de son entreprise.

Raconter son histoire

Une fois la décision prise de communiquer, c’est donc le moment de glisser votre storytelling pour titiller la curiosité des médias. Des chiffres, des informations clés sur votre entreprise, votre secteur. Mais attention de ne pas tomber dans le piège de la comparaison avec d’autres entreprises ou dans celle de l’auto-promotion.

Mettre en avant ses investisseurs

Réaliser une levée de fonds, c’est aussi communiquer sur ses investisseurs. Quels que soient leur origine, leurs précédents projets, leur profil est une information majeure si vous avez le droit de la communiquer. Cela permet aux journalistes de se rendre compte de l’intérêt de votre secteur et surtout de la place de votre entreprise dans l’écosystème.

Communiquer sur une petite levée de fonds sans autre information intéressante est un coup d’épée dans l’eau. Les journalistes n’y accorderaient aucune attention, sauf s’ils n’ont vraiment rien à dire ce jour-là. Pour changer la donne, communiquez autrement sur votre levée de fonds, faites-en un élément de votre croissance, pas son fondement.